• Giraud / Moebius hier soir sur Arte

    Documentaire de 2006, où l'on apprend que Giraud / Moebius a fait son chemin depuis Pilote, via Métal Hurlant, vers les étoiles, jusqu'aux plus délirantes constellations sectaires. On découvre l'ancien pote Druillet, encore secoué par leur séparation et divers problèmes de rivalité qui sont à peine évoqués, l'indépendance totale du génie Moebius (quand on sait qui est Druillet, on s'étonne de tant de déférence), l'importance du Mexique, de l'ésotérisme, du mysticisme, de Jodo (Jodorowsky, dont on apprend qu'il dialogue avec les esprits et joue au psychanalyste sauvage), les liens avec le cinéma, les comics américains, l'intense productivité, le boulimique mégalomane qui reste sympathique. Et puis le dessin sur l'écran de la tablette graphique. Cela fait un moment que ces dessinateurs-là ont basculé dans le numérique. Gain de temps pour les étapes préparatoires, mais aussi dessin direct, aux couleurs immédiates. Retours divers sur l'identité floue du personnage, qui a passé plus d'un demi-siècle à se chercher, à se cacher, en attendant la grande Révélation, qui n'est pas venue. "Je voulais être un saint, un saint dessinateur". Ah. Tiens, quelle idée. Moebius, c'était déjà très bien.


    Tags Tags : , , ,